Merci de respecter les droits de mon site :)
logo

L’inconnu du train

Je prends très souvent le train Paris Granville, Je m’assois toujours loin des enfants, à une table où il y a quatre sièges. La dernière fois tu étais assis de l’autre coté du couloir, je t’observais du coin de l’œil, et j’ai l’impression que toi aussi. Je rentrais d’un week-end parisien très chargé, je sentais le sexe. Encore plus que d’habitude.

Comme les hommes sont timides parfois. J’ai bien senti que tu avais envie de moi. C’est mon métier de provoquer cela chez vous. Après une heure de trajet, j’en ai marre, j’ai envie. Je sais que les toilettes sont géantes dans ces trains…allons-y! Comment t’aborder? Ce serait quand même plus simple si tu faisais le premier pas mais tu n’as pas l’air décidé et je trempe ma culotte à m’imaginer comment tu vas me prendre.

Bon j’y vais, je me lève et m’assois en face de toi.

Je remarque une alliance à ton annulaire. Cela m’excite encore plus. Comme je dis souvent ce n’est pas parce qu’il y a un gardien de but que l’on ne peut pas marquer!

“Bonjour, je tenais à te dire que depuis tout à l’heure je t’observe et j’ai envie de toi”

Oui je suis quelqu’un de très cash. Ceux qui me connaissent le savent. Trop cash parfois, bref, ça passe ou ça casse au pire je me rassois à mon siège comme un chien qu’on engueule car il a défoncé les mousses du canapé.

Tu rougis et baisses les yeux sur ton alliance justement. J’écarte un peu les bords de mon décolleté vers mes tétons roses et durcis par l’excitation d’une telle situation. J’ai l’impression que tu vas t’évanouir, heureusement que tu es déjà assis!

Puis tu bégayes “heu bah euh comment ça? Je peux faire quelque chose pour toi?”

Aaaaaah le sésame est ouvert, je sautille sur mon siège, mon clito frétille dans ma culotte déjà trempée…

“ben oui on pourrait aller faire un tour aux toilettes?”

Tu regardes dans le reste du wagon,il n’y a personne, personne ne sera témoin…

 

30 secondes de silence, je remonte doucement mes escarpins le long de ta jambe, tu cèdes très vite je n’ai pas le temps d’arriver au genou que tu me dis “ok allons y”

Nous voici dans les toilettes, une dame nous a vus rentrer mais bon on allait pas faire demi tour à cause d’elle! Tu m’embrasses fougueusement et j’enfile direct une capote sur ton gland rouge et dur. Ta queue est magnifique en plus! Bonne pioche! Bien large et pas trop longue comme j’aime.

“Baise moi comme une chienne dans les toilettes d’un train”

“Rholala mais je rêve ou quoi”

Non tu ne rêves pas, c’est bien moi en chair en en os qui t’offre ma vulve en levrette les mains appuyées sur l’évier, je trépigne d’impatience.

Tu rentres enfin en moi et me défonce comme j’aime mais l’excitation est très forte et notre rapport ne dure que quelques minutes…tu jouis en moi avec des spasmes et un petit rugissement venu du fond des couilles.

Nous allons nous rasseoir sagement. Je te demande où tu descends. Vire. Je ne pouvais rêver mieux il nous reste encore plus d’une heure de trajet!

Comme je l’espérais au bout de 30 minutes c’est à ton tour de venir vers moi. “on y retourne?”

Pas de problème chaton, je suis une putain j’ai un stock de capotes illimité!

Cette fois ci c’est plus long, tu me lèches et je te suce, j’adore ta queue, ta femme en a de la chance.

Nous finissons en missionnaire par terre, je sais c’est un peu dégueu mais je n’ai pas léché le sol non plus!!!

Je n’ai ni ton nom, ni ton numéro, j’espère te revoir un jour…au moins tu ne feras plus le timide…

 

X